Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lily et ses livres

  • Journal d'Hélène Berr

    Publié pour la première fois, et dans son intégralité, le ‘Journal d'Hélène Berr’ se révèle être un précieux témoignage de l'Histoire. Les premiers jours, Hélène Berr évolue dans une atmosphère optimiste, ponctuée de week-ends à Aubergenville, dans la maison familiale. La guerre semble ne pas l'atteindre, pourtant elle a conscience qu'elle est en train de témoigner par l'écriture.

    Dans sa vie, l'occupation est reléguée au second plan, bien après les amis, le violon et la littérature anglaise. Mais l'étoile jaune vient freiner ses longues promenades dans les rues de Paris. Puis, un silence de 10 mois marque une rupture, et laisse penser le pire. Mais Hélène réécrit, rongée par la guerre, à 21 ans à peine. Son style change, elle ne fait plus d'efforts de rédaction. Juste de simples mots couchés sur le papier, uniquement pour se souvenir d'un nom, d'une rue, d'un moment agréable. Un revirement surprenant, habitué que l’on est à ce qu'elle raconte tous ses faits et gestes. Alors plusieurs questions surgissent : Pourquoi écrit-elle si peu ? Où était-elle pendant tout ce temps ?


    Dans ce journal, l'écriture est une thérapie, une longue réflexion sur l’être humain. Toujours lucide, Hélène Berr s’interroge sur les conséquences à long terme de la déportation. La jeune diplômée ne critique personne, à tel point qu'elle reste même impartiale face aux nazis. Après avoir refusé de fuir en zone libre, elle est déportée à Bergen-Belsen au printemps 1945. Ce journal de 300 pages est bien plus qu'un carnet intime, c'est un ouvrage-témoin. Impressionnant de rigueur et, disons-le, de courage.

  • Encyclopédie capricieuse du tout et du rien de Charles Dantzig

    Systématique, ordonné, Charles Dantzig s’applique à faire des listes. Oui mais voilà, l’‘Encyclopédie capricieuse du tout et du rien’ est un trompe-l’oeil. On en tourne les pages dans une joyeuse anarchie, valsant du littéraire au quasi trivial. Le ton est celui du bavardage : l’auteur se montre inconstant, badin. Il adopte un verbiage de sorbonnard, puis l’abandonne pour un soliloque de comptoir - ou celui d’un bar huppé. Tantôt Charles Dantzig irrite parce qu’il se montre péremptoire, tantôt il agace parce qu’il semble épris de son babil. Mais qu’on se rassure, son ‘Encyclopédie’ n’a rien de monochrome.


    Les listes s’égrainent dans une urgence silencieuse, souterraine. Comme s’il fallait tout recenser, tout fixer sur le papier sans rien oublier, avant qu’il ne soit trop tard. La plume bondit du coq à l’âne. Pourtant l’illusion du titre dissimule une intimité profonde : à travers la pléthore de listes, ce n’est autre que lui-même qu’il écrit. Chaque article devient la pièce du puzzle Dantzig : l’écrivain joue pour mieux se jouer de la mort. Primesautier, il possède un sens de la formule réjouissant - la phrase est vive, l’esprit, incisif. Charles Dantzig pratique le pied de nez à tour de bras et cependant demeure dans le doute face à lui-même et à ses écrits. Voilà pourquoi son livre touche et convainc. Une capricieuse “encyclopédie”, délicieuse aussi.

    Encyclopédie capricieuse du tout et du rien de Charles Dantzig, 

     

    Editeur : Grasset
    Publication :7/1/2009

     

  • Plus tard ou jamais d'André Aciman

    Tout est amour, tout est relatif, tout est sexuel. Et tout est sensuel pour André Aciman. Car dans ‘Plus tard ou jamais’, le monde est une pêche, belle et ronde, mûre à point, offerte à la bouche ardente du narrateur. Elio fait l’expérience du désir, et s’y plonge avec l’énergie candide et fougueuse de ses 17 ans.
    Mais plus que de désir, c’est bien d’amour que parle ‘Plus tard ou jamais’, d’un été hors du temps qui constitue l’apogée d’une existence. Hélas, que vivre, et comment vivre après s’être senti si vivant, si parfaitement heureux ?

    André Aciman recompose un amour total - parce qu’une véritable rencontre a eu lieu, parce qu’une intimité sans limite s’est établie entre deux êtres. Dans une étonnante réflexion sur la mémoire, il nous confronte au corps du souvenir. C’est un passé qui sommeille sous l’épiderme, qui a pris possession de son hôte et qui pourtant, appartient à un autre temps, à une autre vie. Un passé monstre qui a échappé à son détenteur pour mener une existence autonome. Revenir sur cet âge est l’occasion pour le narrateur de se définir comme la somme de toutes les personnes qu’il a été. Sans lourdeur ni ostentation, l’écrivain manipule ce concept philosophique comme pour mieux dire la complexité des sentiments. A cet amour impossible et absolu, André Aciman donne une portée universelle : l’autre est à la fois chez soi et ailleurs, à jamais présent et à jamais perdu.

    Plus tard ou jamais d'André Aciman, 

    Editeur : L’Olivier
    Publication :2/10/2008

     

  • livre : Piscines de rêve, Katie Sulliver

    Tout le monde se réjouit lorsque la famille s'offre une piscine, mais même cette source de loisirs instantanément cool peut devenir un peu vieillotte avec le temps. Renforcer l'attrait esthétique, la beauté et la facilité d'utilisation d'une piscine par quelques rénovations peut être une entreprise simple et relativement peu coûteuse. Bien sûr, si vous voulez vraiment créer un effet de surprise, soyez prêt à dépenser beaucoup pour votre rénovation de piscine Aude , à retourner des montagnes de terre et à vous retrouver avec une attraction vraiment spectaculaire dans votre jardin.

    Ajouter un gazebo à votre piscine

    L'ajout d'un petit gazebo vous permet de vous changer, de vous mettre rapidement à l'abri de la pluie et de bénéficier d'une plus grande intimité si l'emplacement est judicieux. Les gazebos sont également très utiles pour ranger tout l'équipement de votre piscine hors saison. Ajoutez un patio devant le gazebo et vous obtenez un endroit pour les pique-niques et les barbecues.

    Éclairage

    Le "Better Homes and Gardens Pool and Spa Planner" conseille d'ajouter des systèmes d'éclairage pour que les rénovations de la piscine aient un impact frappant. L'éclairage sous-marin avec des tubes permet de donner à votre piscine l'impression de posséder une lueur d'un autre monde. L'éclairage paysager met en valeur des éléments tels que des arbres, des arbustes ou des statues pour créer des ombres spectaculaires, ainsi qu'une illumination.

    Ajoutez un spa, un sauna ou un bain à remous

    L'équipement utilisé pour pomper l'eau dans votre piscine et la chauffer pourrait être utilisé pour faire double emploi avec un spa ou un bain à remous. Les coûts d'installation et de fonctionnement seront considérablement réduits si vous utilisez la totalité ou même une partie du système de la piscine existante, selon le livre "Sunset Ideas for Hot Tubs, Spas and Home Saunas".

     

    Piscines de rêve,  Katie Sulliver ,éditeur Atrium, 2003

  • Avis sur Modernités alternatives, de Denis Rolland et de Daniel Aaro

    L’historien du 21° siècle comprend que l’écriture de l’histoire de notre époque est fragile car elle repose sur des bases aussi multiples que différentes en termes de culture ou en termes de faits.



     

    En effet, l’historien contemporain sait que toutes les sociétés n’ont pas la même conception du progrès ; or, pour écrire l’Histoire, il est nécessaire de l’inscrire dans un espace temps similaire dans toutes les sociétés pour que celles-ci puisent être décrites et analysées.

    Nous pouvons ainsi comprendre, à la lecture du livre de Denis Rolland et de Daniel Aaro Reis, Modernités alternatives, que la notion de modernité dont il y est question est à la croisée de deux conceptions du progrès puisqu’il faut croire que demain apportera quelque chose tout en restant conscient de ce que le passé a déjà construit pour nous. La modernité ne réside pas seulement dans les faits nouveaux qu’elle engendre mais elle naît surtout dans la conception que nous avons du déroulement de l’Histoire.

     

    Modernités alternatives, de Denis Rolland et de Daniel Aaro, L'Harmattan, 2009

  • Présentation du livre : Maçonnerie et gros-oeuvre, exécution, contrôles et tolérances , de la FFB

    Un livre écrit et édité par la Fédération Française du Bâtiment et qui a pour but de passer en revue l'ensemble des techniques de maçonnerie et gros oeuvres en jeu dans la construction d'une maison, en collaboration avec une entreprise de devis de maçonnerie à Perpignan.

    Par exemple, un chapitre est consacré à la réalisation de chapes de ciment. Extrait :

    Réaliser une chape de ciment

    La pose d'un revêtement de sol, comme un parquet, un carrelage ou une moquette, nécessite un sol parfaitement plan. La chape est un élément de finition qui assure cette mise à niveau : c'est une épaisseur de mortier qui prend généralement place sur une dalle de béton. Pour un effet  « tendance », vous pouvez colorer le mortier dans la masse, le lisser et le cirer, à l'instar d'un enduit de sol béton.

    Déterminez tout d’abord la hauteur finale du sol une fois le revêtement posé. Prenez par exemple comme repère le niveau inférieur des portes de la pièce, dont l’ouverture ne devra pas être entravée. Tracez un premier repère.

    • Tracez un second repère 2cm en-dessous de celui-ci : il correspond au niveau supérieur de votre chape. 

    • Reportez cette cote à espaces réguliers sur les murs en utilisant une règle métallique et un niveau. 

    • Dans les pièces de grande superficie, il est conseillé de tracer des repères dans tous les angles et à mi longueur sur les murs.

    Déterminer le niveau final du sol en tenant compte du revêtement final.

    2. Préparer le sol

    Avant tout, il est important d'éliminer tous les résidus présents au sol, comme la terre, les débris de ciment, etc.

     

    • Décollez-les si nécessaire avec un racloir de maçon.

    • Balayez soigneusement pour dépoussiérer le support. Vous pouvez aussi utiliser un aspirateur adapté. 

    • A l’aide d’un seau ou d’un arrosoir, mouillez le béton avec de l’eau pour qu’il n’absorbe pas prématurément l’eau contenue dans le mortier.

     

    Lorsque vous commencez une pièce, il est préférable de la finir dans la même journée.

    Mouillez bien le sol avant d’y déposer le mortier.

     

    Maçonnerie et gros-oeuvre, exécution, contrôles et tolérances , L'essentiel normatif de la maçonnerie et du gros-oeuvre , de la Fédération Française du Bâtiment, éditeur FFB, 2005

  • Le pays du nuage blanc, de Sarah Lark

    Par où commencer ? Il y a tant de choses à dire sur  le pays du nuage blanc, de Sarah Lark . La première chose que j'ai remarquée, c'est la couverture, elle a attiré mon attention et m'a fait découvrir le livre. Après avoir lu un peu sur le sujet, je suis allé le chercher.

    Le XIXe siècle était délicat pour les femmes, on leur disait généralement ce qu'elles devaient faire, qui épouser, ce qu'on attendait d'elles. Elles suivaient généralement des instructions et découvraient qu'il fallait tirer le meilleur parti de la situation dans laquelle elles se trouvaient.

    Helen est une "femme âgée" pour cette époque, sur le point de devenir célibataire et sans argent. Elle avait un bon poste de tutrice, mais elle savait que ce n'était pas un emploi permanent. La possibilité d'aller jusqu'en Nouvelle-Zélande et de se marier lui semblait non seulement la meilleure mais aussi, à cette époque, sa seule option. La situation de Gwyn était entièrement différente mais identique. La plus jeune fille d'un Lord gallois qui ne serait pas en mesure de donner la dot idéale pour épouser sa fille indépendante et bavarde. La visite d'un homme de Nouvelle-Zélande à la recherche de moutons a changé la vie de Gwyn. Elle s'imaginait que la plus grande aventure était à venir et son imagination s'est emballée plus qu'elle ne le devrait, même pour quelqu'un qui se rendrait à l'autre bout du monde. Les deux femmes se rencontrent sur le bateau et nouent une amitié durable, même si la plupart d'entre elles désapprouvent.

    Les deux femmes se marient et ce qui semble être une bonne histoire prend soudain les tournures les plus inattendues. Vous pensez peut-être avoir une idée de la tournure que prendra l'histoire. Vous avez peut-être raison sur certains points, mais je suis certain que les chemins empruntés surprendront tous les lecteurs. Certains plus que d'autres, bien sûr.

    Sarah Lark fait un travail incroyable en décrivant une terre inconnue remplie de mystère et d'histoire. Elle a trouvé un équilibre parfait entre nous parler de la culture des Maoris, de la culture des immigrants et de la façon dont les deux vivent côte à côte et doivent apprendre à s'adapter l'un à l'autre. Elle nous donne envie de voir comment était la vie dans un pays avec tant de lieux, de villes, de possibilités et de personnes qui font le meilleur et parfois le pire de tout cela.

     

     

     

  • Le nez au vent de Sophie de Courtivron

    Un jour, Sophie décide de faire un tour du monde à la façon baroudeuse : pas de voiture ou d'avion, elle n'utilise que ses pieds, vélo, train ou bateau, avec seulement un sac à dos d'une dizaine de kilos pour tout bagages. Une aventure humaine et époustouflante.

    J'étais assez curieuse de découvrir ce récit de voyage. Car je suis très admirative de la décision de Sophie de Courtivron.
    Car il en faut, du courage, pour se lancer ainsi à l'assaut des routes seule et avec si peu de bagage.
    Personnellement, je ne pense pas en être capable, ce qui me rend d'autant plus admirative!

    Dans son livre, elle raconte son déclic, les premiers jours parfois compliqués, les jours qui se suivent et ne se ressemblent pas, les bêtes sauvages, la chaleur humaine...
    J'ai été surprise qu'elle découvre tant de générosité. En effet, dans un monde toujours plus égoïste, plusieurs inconnus lui ont ouvert leur porte, leur table, lui ont offert une protection tel ce boulanger qui lui glisse un billet....

    Les descriptions m'ont donnés l'impression d'être à ses côtés, de souffrir de la pluie avec elle, d'avoir peur des ours avec elle....

    Au bout du compte, elle va se découvrir elle même lors de ce voyage quasi initiatique, et son récit montre bien ce développement.

    L'écriture fluide et agréable nous emporte dans un voyage qu'on voudrait sans fin, et en refermant la dernière page, je me suis prise à rêver "Et si je faisais la même chose ?"

    Un point négatif ? On pourrait regretter un manque de photos qui aurait rendu le récit encore plus agréable. Néanmoins, les descriptions se suffisent à elles-mêmes et rien ne manque à ce récit très complet.

    Je remercie donc chaleureusement les "Editions Les 2 encres" de m'avoir permis de m'évader ainsi et de m'avoir fait voyager !